château

  • si je ne jardine pas, je me promène

    la suite, c'est ici

     

    mamie jeannette jardine

     

  • ma journée des plantes à Chantilly

    014.JPG

     

    010

     

     

    temps superbe pour cette première journée des plantes à Chantilly

    où le cornus vénus est encore roi cette année

     

    il faut compter tout de même six pots pour obtenir ce joli bouquet d'arbres

     

     

    014

     

     

    pour ma part, je suis plus en recherche de vivaces pour mon petit jardin de curé, et en cette saison il y a un grand choix

    024

     

    027

    025

    028

    033

    035

     

    mon coup de coeur cette année : les superbes pivoines Rivière, producteur depuis 1849

    je me demande comment j'avais laissé passé ça ....

    040

     

    et parmi toutes les variétés et bouquets exposés, une seule variété attirait les abeilles

    032

     

     

    cette pivoine herbacée SCARLET O'HARA, que je me suis offerte pour mes demoiselles

    036

     

    041

    042

    043

     

    070

     

    un passage obligé devant la société Verdis - gamm vert pour obtenir des renseignements sur la célèbre tomate chantilly crée pour l'évènement

    et présentée par Monsieur Patrick MASSE dans l'émission Silence ça pousse

     

    064

     

    057-001

    sur le stand de Monsieur Marcel Delhommeau et ses célèbres fucshias, j'ai découvet

    ce géranium lierre appelé élégance qui offre

    Une résistance exceptionnelle à la sécheresse.

    A cultiver en isolé, car ses besoins en arrosage sont limité.

    Les feuilles se colorent en mauve quand il à des besoins en eau.

     

    067

    077

    070

    071

    073

    074

     

    l'expo est sous bonne protection

    080

    075

     

    voilà donc d'ou provenaient les abeilles butinant les pivoines !

     

    076

     

    l'orage qui menaçait s'est finalement éloigné

    011

  • la nature

     

    le froid sec revient

     

    pas d'intervention dans le jardin cette semaine

     

    mais une balade à pied aux alentours

     

    c'est parti pour deux heures de marche

    par la forêt vers les étangs de Coye la Forêt

     

    008.jpg

    009.jpg

    010.jpg

    011.jpg

     

    retour vers le village

    012.jpg

    014.jpg

    016.jpg

    019.jpg

    021.jpg

    024.jpg

     

    où nous sommes accompagnés

    puis l'école

    la mairie

    l'église

     

    026.jpg

    027.jpg

    028.jpg

     

    et retour par les pistes cavalières

     

    030.jpg

    031.jpg

    032.jpg

    034.jpg

    037.jpg

    038.jpg

    039.jpg

    040.jpg

    043.jpg

    044.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • le château de Lamorlaye entièrement rénové pour ses habitants

     

     

     

    cette semaine, mon jardin c'est le château, au coeur de Lamorlaye

     

     

    20160104_161010.jpg

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

    Planté en bordure de la très passante départementale 1016, juste en face des terrains d'entraînement dévolus aux chevaux de course, le château de Lamorlaye avait fini par devenir un détail du paysage, malgré sa richesse architecturale et sa position de porte d'entrée du centre-ville. Totalement fermé depuis une quinzaine d'années, le lieu s'apprête néanmoins à revivre.

    D'importants travaux de rénovation sont actuellement menés pour rendre à cette réalisation datant du XVIe siècle sa splendeur d'antan, et surtout des occupants. Après l'été, le château sera ainsi « rendu aux habitants », selon les termes du maire (DVD) Nicole Ladurelle. Ses 27 pièces réparties sur 1 600 m2 et trois niveaux seront partagées entre locaux associatifs, salles de réception et d'exposition. La bibliothèque municipale, actuellement située dans les sous-sols de la mairie, pourrait également y être transférée.

     

    à suivre.... j'ai hâte de découvrir l'intérieur !

    20160104_155051.jpg

     

    20160104_155145.jpg

     

    le parc est ouvert et il fait bon s'y promener

    même en hiver

     

    20160104_155222.jpg

     

     

    20160104_155356.jpg

     

     

    20160104_155410.jpg

     

     

    20160104_155558.jpg

     

     

    20160104_155837.jpg

     

     

     

    20160104_160020.jpg

     

     

    20160104_160125.jpg

     

     

    20160104_160252.jpg

     

     

    20160104_160330.jpg

     

     

    20160104_160450.jpg

     

     

    20160104_160544.jpg

     

     

    20160104_160815.jpg

     

     

    20160104_160849.jpg

     

    il est aussi le théâtre des festivités

     

    232.jpg

  • les serres royales de Laeken

    Serres royales de Laeken, avenue du Parc Royal, 1020 Bruxelles (Laeken)

     

    047.JPG

     

     

    Chaque année, les Serres sont ouvertes au public pendant trois semaines, généralement fin avril, début mai. Les dates précises sont diffusées par communiqué de presse.

     

    cette année, c'était décidé, je me rendrai à Bruxelles pour les visiter.

     

    pour un prix modique de 2,5 € j'ai pu visiter ce complexe de serres unique en Europe.

    Aussi bien l'architecture et la taille des Serres que la collection de plantes sont exceptionnelles. 

    Le parcours prévoit une courte promenade à l'extérieur, afin que les visiteurs puissent également admirer le magnifique parc du Domaine royal de Laeken.

     

    Une partie de l'infrastructure des Serres royales est gérée par la Donation royale, une autre partie par la Régie des bâtiments.

    La Donation royale, qui prend soin des plantations comme des serres et du parc, fait en sorte que les plantes soient en fleurs pour l'ouverture des serres au public : pélargoniums, fuchsias, azalées, abutilons s'ornent de leurs magnifiques couleurs et offrent au visiteur la vision d'un coin de paradis terrestre ...

     

    installez vous dans votre fauteuil !

     

    105.JPG

     

    002.JPG

     

    180.jpg

     

     

    003.JPG

     

    004.JPG

     

    007.JPG

     

     

    008.JPG

     

    010.JPG

     

    012.JPG

     

    014.JPG

     

    016.JPG

     

    017.JPG

     

    019.JPG

     

    020.JPG

     

    022.JPG

     

    024.JPG

    025.JPG

     

    026.JPG

     

    027.JPG

     

    028.JPG

     

    029.JPG

     

    032.JPG

     

    il est temps d'entrer dans les serres .....

     

    030.JPG

     

    031.JPG

     

    034.JPG

     

    035.JPG

     

    036.JPG

     

     

     

    038.JPG

     

    040.JPG

     

    041-001.JPG

     

    042.JPG

     

    043.JPG

     

    044.JPG

     

    045.JPG

     

    046.JPG

     

    048-001.JPG

     

    049.JPG

     

    050.JPG

     

    051-001.JPG

     

    052-001.JPG

     

    053.JPG

     

    054-001.JPG

     

    055-001.JPG

     

    056-001.JPG

     

    057-001.JPG

     

    058.JPG

     

    059.JPG

     

    060.JPG

     

    061.JPG

     

    064.JPG

     

    072.JPG

     

    073.JPG

     

    077.JPG

     

    078-001.JPG

     

    079.JPG

     

    081.JPG

     

    083.JPG

     

    084.JPG

     

    087.JPG

     

    091.JPG

     

    092.JPG

     

    093.JPG

     

    097.JPG

     

    101.JPG

     

    102-001.JPG

     

    103.JPG

     

    193.jpg

     

    196.jpg

     

    197.jpg

     

    198.jpg

     

    199.jpg

    107.JPG

     

    108.JPG

  • Pessac, retour aux sources

     

    durant notre périple sur Bordeaux

    nous avons fait un voyage dans le temps

    au château du Pape Clément de PESSAC

     

    c'est là, qu'en 1950 vivait papy bernard ..... rien que ça !

     qu'il parcourait le domaine dans sa voiture à pédales

     

    voici un retour en arrière comparatif

     

    DSCN8035.JPG

     

    DSCN3025.JPG

    DSCN8036.JPG

    2997303-4262344.jpg

    DSCN8037.JPG

     

    DSCN3011.JPG

    DSCN8038.JPG

     

    DSCN3012.JPG

    DSCN8039.JPG

     

    DSCN3021.JPG

     

    DSCN3022.JPG

    DSCN8040.JPG

     

    DSCN3009.JPG

    DSCN8041.JPG

     DSCN3004.JPG

     

    DSCN8042.JPG

     

    DSCN3000.JPG

    DSCN8043.JPG

     

     

    DSCN8045.JPG

     

    DSCN3006.JPG

    DSCN8046.JPG

     

    DSCN3010.JPG

    DSCN8047.JPG

     

    DSCN3015.JPG

    DSCN8048.JPG

     

    DSCN3019.JPG

    DSCN8049.JPG

     

    DSCN3002.JPG

    DSCN8050.JPG

     

    DSCN3005.JPG

     

    Aujourd’hui il fait partie des 35 propriétés que Bernard Magrez, homme du vin influent à Bordeaux, possède à travers le monde !
    Autour d’un parc aux arbres millénaires et une orangerie construite par Gustave Eiffel la propriété s’étend sur 60 hectares dans la jeune appellation Pessac-Léognan créé en 1987. C’est l’un des 16 grands crus classés de Graves qui produit des vins blancs et rouges.

     

     

    Un peu d'histoire...

    Le Château Pape Clément, situé à Pessac, proche de Bordeaux, doit son nom à son plus célèbre propriétaire, le pape Clément V.

    Né à Villandraut en 1264, Bertrand de Goth est nommé le 28 Mars 1295 évêque de Comminges, dans les Pyrénées, jusqu’en 1299, date à laquelle il est nommé archevêque de Bordeaux par le pape.
    C’est à cette occasion qu’il reçoit en cadeau une propriété plantée en vignes à Pessac, alors appelée vignoble de La Mothe (dénomination indiquant une élévation de terrain). Les comptes de l’archevêché nous fournissent de nombreux détails sur le souci permanent que manifesta Bertrand de Goth et sur sa forte implication pour avoir, tant dans le vignoble que dans son cuvier, l’équipement le plus rationnel qui soit. Son travail sera poursuivi par l’Eglise qui fera du domaine du pape Clément une propriété modèle.
     
    Le 5 Juin 1305, les cardinaux réunis en conclave à Pérouse, choisirent Bertrand de Goth pour succéder au Pape Benoît XI, mort en 1304 après onze mois de règne. Le nouveau Pape décida de prendre le nom de Clément V et choisit Lyon comme lieu de son couronnement.
    C’est en 1309, que Clément V fit son entrée à Avignon, ville qu’il avait choisie pour installer la cour pontificale, rompant ainsi avec Rome en proie à de sourdes luttes d’influence.
     
    De 1305 à 1309, le Pape continua de gérer son vignoble avec tout le soin qui en faisait sa particularité. Le 12 Décembre 1309, sa charge pontificale ne lui permettant plus de mener à bien cette tâche, il décida de faire donation de son domaine à l’archevêque de Bordeaux, Arnaud de Canteloup. Confier sa vigne à l’Eglise de Bordeaux, c’était dans l’esprit de Clément V, le moyen de la léguer à l’éternité, et de permettre à la Vigne du Pape Clément de traverser les siècles à venir.
    Durant la longue période pendant laquelle le château du Pape Clément fut administré par l’archevêché, le modernisme et le progrès technique en firent un domaine pilote, dont l’une des particularités fut toujours la précocité des vendanges. C’est ainsi que l’on peut affirmer que ce vignoble fut l’un des tout premiers en France où il fut décidé d’aligner les ceps en règes pour faciliter les labours du sol, ce qui constitua une révolution culturale puisque jusqu’alors les plants était disposés en foule dans les parcelles.
     
    A la fin du XVIII ème siècle, l’archevêque de Bordeaux est dépossédé de ses biens, et la vigne que le pape lui avait légué cinq cents ans auparavant tombe dans le domaine public.
    Les propriétaires se succèdent et doivent lutter tour à tour contre les différents fléaux qui s’attaquent aux vignobles français à la fin du 19ème siècle : l’oïdium, le mildiou, puis le phylloxera.
     
     
     
    Citons Jean Baptiste Clerc, négociant à Bordeaux, qui acquit la propriété en 1858, et en fit un vignoble modèle. C’est lui qui confirma la renommée et la finesse des vins de Pape Clément, sanctionnées par la médaille d’Or de la Société d’Agriculture de la Gironde et la grande médaille du ministère de l’Agriculture, à l’exposition universelle de 1878, deux distinctions fort convoitées.
    C’est aussi lui qui fit édifier le château qui sera remodelé par les héritiers du propriétaire suivant, Monsieur Cinto, lui aussi négociant à Bordeaux, pour donner celui que l’on peut voir aujourd’hui.
     
    Le 8 Juin 1937, un violent orage de grêle détruisit la quasi-totalité du vignoble du Château Pape Clément et c’est en 1939 qu’il fut racheté par Paul Montagne qui s’attacha, dès la fin de la guerre, à remettre le vignoble en état et lui redonner le rang qu’il méritait.
    C’est grâce à ces efforts que le vignoble du Château Pape Clément a pu retrouver sa position et résister à l’urbanisation et à la poussée de l’habitat sur une commune qui au début du siècle comptait deux mille habitants et cinquante viticulteurs.
     
    Monsieur Bernard Magrez met tout en œuvre pour permettre au terroir exceptionnel de Château Pape Clément de continuer de traverser les temps et d’exprimer la finesse qui a fait la réputation de ses vins.

     

     

     

     

    DSCN3030.JPG

  • Montluçon

     

     

    j'ai bien repris une ou deux petites visites au jardin cette semaine

    mais la pluie m'a beaucoup dérangée

    alors je préfère vous emmener à Montluçon, étape de mon escapade creusoise

    que j'ai aimé visiter

    son château, ses remparts, ses chats, ses jardins

    en attendant mes amies pour nous rendre à Felletin

     

    DSCN1711-001.JPG

    DSCN1713.JPG

    DSCN1715.JPG

    DSCN1717.JPG

    DSCN1718.JPG

    DSCN1719.JPG

    DSCN1720.JPG

    DSCN1721-001.JPG

    DSCN1723.JPG

    DSCN1724.JPG

    DSCN1725.JPG

    DSCN1726.JPG

    DSCN1727-001.JPG

    DSCN1728.JPG

    DSCN1729.JPG

    DSCN1730.JPG

    DSCN1731.JPG

    DSCN1732-001.JPG

    DSCN1733.JPG

    DSCN1735.JPG

    DSCN1736.JPG

    DSCN1738.JPG

    DSCN1739-001.JPG

    DSCN1740-001.JPG

    DSCN1741.JPG

    DSCN1742.JPG

  • la Slovénie, terre des bons apiculteurs, la collection de masques de carnaval traditionnels

     

     au château de Ptuj

    La collection rassemble des masques de carnaval traditionnels de la région de Ptuj

    Le masque le plus populaire et le plus connu est appelé Korant ou Kurent

    Selon une tradition orale, il chasse l'hiver et il annonce le printemps

     

    Scan10337.JPG


    128.JPG

    129.JPG

    130.JPG

    131.JPG

    133.JPG

    135.JPG

    136.JPG

    137.JPG

    138.JPG

    139.JPG

    140.JPG

    141.JPG

    142.JPG

    à demain ...

  • la Slovénie, terre des bons apiculteurs, Ptuj et son château

     

     

    nous visitons Ptuj, la plus ancienne ville de Slovénie avec plus de 2000 ans d'histoire, située aux bords de la rivière Drava. Nous explorons ses beautés lors d'une promenade dans ses ruelles et visiterons le château local qui abrite de fascinantes collections de vieux instruments, de meubles, d'armes et de peintures de diverses époques. La ville est aussi bien connue pour ses temples romains de Mitra et la plus ancienne cave.

    297.JPG

    à notre arrivée, le temps est encore gris en raison des orages

    mais il fait chaud et le soleil revient très vite

    298.JPG

     

    300.JPG

     

    302.JPG

     

     

    103.JPG

     

    303.JPG

     

    305.JPG

     

    306.JPG

     

    307.JPG

     

    104.JPG

    310.JPG

     

    118.JPG

     

    119.JPG

     

    120.JPG

     

    Scan10336.JPG

    123.JPG

    325.JPG

     

    326.JPG

    124.JPG

     

    125.JPG

     

    331.JPG

     

    311.JPG

     

    312.JPG

     

    332.JPG

     

    333.JPG

     

    150.JPG

    à demain pour le carnaval

     

  • chateau et parc de Champs-sur-Marne

     

     aujourd'hui le jardin, c'est

     

    DSCN7503.JPG

     à 1 heure de la maison

    une escapade agréable


    j'avais lu dans le journal

     En vue de la réouverture du château de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) au public le 30 juin prochain, les meilleurs spécialistes travaillent actuellement à la restauration de quelque 700 objets et meubles. C’est le chantier des collections. Ces petits trésors sont pesés, mesurés, fichés, dépoussiérés ou nettoyés, voire même consolidés puis photographiés, avant d’être exposés au regard des visiteurs


    puis, annoncé dans le journal de tf1

    Evènement

    À partir du 29 Juin 2013

    réouverture du château


    À 18 km à l'est de Paris, découvrez le château de Champs-sur-Marne, joyau de l'architecture classique en Île-de-France. Son décor rocaille et son mobilier estampillé ressuscitent le cadre raffiné des maisons de plaisance du siècle des Lumières.

    DSCN7494.JPG

    Une demeure prestigieuse !

    Construit sur une boucle de la Marne, au début du XVIIIème siècle, le château de Champs-sur-Marne est l’archétype de la maison de plaisance. Tour à tour propriété de la princesse de Conti, du duc de la Vallière et de la marquise de Pompadour, le château de Champs a reçu en ses murs des hôtes célèbres, parmi lesquels Diderot, d’Alembert ou encore Voltaire.

     

    Au XIXème, Louis Cahen d’Anvers lui rend une splendeur mise en péril par la Révolution ; il restaure le château dans le goût du siècle des Lumières et le pare d’un exceptionnel mobilier signé des plus grands noms de l’ébénisterie française. Il y reçoit Marcel Proust, Isadora Duncan, le Roi d’Espagne Alphons XIII… Le Domaine devient la propriété de l’Etat en 1935, puis résidence présidentielle de 1959 à 1974 et accueille les hôtes prestigieux de la France.

     

    Champs et le cinéma

    Le château de Champs-sur-Marne abrite des décors intérieurs et un mobilier exceptionnel, reflet de son histoire prestigieuse. Le parc, classé « jardin remarquable », est un écrin de verdure de 85 hectares, où les ornements d’un jardin à la française se mêlent aux prairies et grands arbres d’un parc à l’anglais.

     

    Ce cadre remarquable inspire depuis de nombreuses années les décorateurs et les réalisateurs. Le domaine a ainsi servi de cadre de tournage pour plus de 80 films et courts-métrages, et a accueilli de célèbres acteurs français et internationaux, tels John Malkovich et Glenn Close dans les « Liaisons Dangereuses » de Stephen Frears (1986), Kirsten Dunst dans « Marie-Antoinette » de Sofia Coppola (2006), ou encore Gérard Depardieu dans « Vatel » de Roland Joffé (1999)…

     

    DSCN7498.JPG

     

    DSCN7499.JPG

     

    DSCN7485.JPG

     

    DSCN7488.JPG

    Deux financiers malchanceux, à la fortune temporaire, se succèderont à la fin du règne de Louis XIV pour faire construire le château de Champs-sur-Marne, cette superbe demeure selon les plans de l’architecte Jean Baptiste Bullet de Chamblain.

    L’habitante la plus célèbre de ces lieux fut la marquise de Pompadour qui loua le château en 1757 pour y rester 2 ans en faisant des dépenses considérables.
    Durant un siècle, le château passe de main en main avant d’être acquis par le Comte Louis Cahen d’Anvers qui dépensa une fortune pour sa restauration.
    Le fils du Comte fait don du domaine à l’état en 1935 et le château devient une des résidences officielles de la République avec la réception de nombreux rois et chefs d’état étrangers.
     

    DSCN7490.JPG

     

    quelques aperçus de l'intérieur du château

    DSCN7448.JPG

     

    Modèle d’architecture et de décoration du XVIIIe siècle, le château, dont l'aménagement conçu par Jean-Baptiste Bullet témoigne d'un nouvel art de vivre, reflète l'évolution du goût des propriétaires qui s'y sont succédés. C’est l’apparition des cabinets et des garde robes, des escaliers dérobés reliés aux logements des domestiques.
     
     

    La nouveauté d’une salle à manger spécialement affectée aux repas apporte encore une amélioration. Les salons et pièces du rez-de-chaussée et de l’étage permettent de découvrir un mobilier exquis et des décorations raffinées. Le salon chinois possède des boiseries peintes par Huet qui illustrent les goûts exotiques du XVIIIe siècle. Le salon de musique de l’étage offre une belle vue sur la perspective centrale des jardins.

    Une belle programmation musicale anime le château tout au long de l’année. Le salon de musique prête son acoustique exceptionnelle à ces moments musicaux qui enchantent les visiteurs.

    Les jardins suivront le destin du château, tantôt aménagés avec soin, tantôt à l’abandon.

    En 1895, Louis Cahen d’Anvers s’inspire du plan d’origine pour réhabiliter le parc en faisant cohabiter jardins français et jardins anglais. Les particularités les plus remarquables de l’un des plus beaux jardins d’Ile de France proviennent de ses terrasses en pente douce, des parterres de broderies et de la géométrie des alignements d’arbres.

    DSCN7447.JPG

     

    DSCN7452.JPG

     

    DSCN7470.JPG

     

    DSCN7472.JPG

     

    DSCN7474.JPG

  • au château de Villandry

     

     

    lorsqu'il prend possession de Villandry, en 1906, Joachim Carvallo, l'arrière-grand-père de l'actuel propriétaire, préfère supprimer le jardin à l'anglaise et redonner au lieu son aspect originel : celui d'un tracé à la française, assorti au style Renaissance de l'édifice, le dernier des grands chateaux construits à cette époque dans la Val de Loire. Jardin des simples aux plantes aromatiques et medicinales, potager aux légumes d'ornement multicolores, labyrinthe, jardin d'amour, d'eau, de musique ou du soleil, ici tout s'ordonne selon des motifs géométriques qui s'admirent comme une tapisserie géante depuis la terrasse.

     

    ete 2011 180.JPG

    ete 2011 167.JPG

     

    ete 2011 168.JPG

     

    ete 2011 169.JPG

     

    ete 2011 170.JPG

     

    ete 2011 171.JPG

     

    ete 2011 172.JPG

     

    ete 2011 174.JPG

     

    ete 2011 175.JPG

     

    ete 2011 176.JPG

     

    à suivre .....