pessac

  • Pessac, retour aux sources

     

    durant notre périple sur Bordeaux

    nous avons fait un voyage dans le temps

    au château du Pape Clément de PESSAC

     

    c'est là, qu'en 1950 vivait papy bernard ..... rien que ça !

     qu'il parcourait le domaine dans sa voiture à pédales

     

    voici un retour en arrière comparatif

     

    DSCN8035.JPG

     

    DSCN3025.JPG

    DSCN8036.JPG

    2997303-4262344.jpg

    DSCN8037.JPG

     

    DSCN3011.JPG

    DSCN8038.JPG

     

    DSCN3012.JPG

    DSCN8039.JPG

     

    DSCN3021.JPG

     

    DSCN3022.JPG

    DSCN8040.JPG

     

    DSCN3009.JPG

    DSCN8041.JPG

     DSCN3004.JPG

     

    DSCN8042.JPG

     

    DSCN3000.JPG

    DSCN8043.JPG

     

     

    DSCN8045.JPG

     

    DSCN3006.JPG

    DSCN8046.JPG

     

    DSCN3010.JPG

    DSCN8047.JPG

     

    DSCN3015.JPG

    DSCN8048.JPG

     

    DSCN3019.JPG

    DSCN8049.JPG

     

    DSCN3002.JPG

    DSCN8050.JPG

     

    DSCN3005.JPG

     

    Aujourd’hui il fait partie des 35 propriétés que Bernard Magrez, homme du vin influent à Bordeaux, possède à travers le monde !
    Autour d’un parc aux arbres millénaires et une orangerie construite par Gustave Eiffel la propriété s’étend sur 60 hectares dans la jeune appellation Pessac-Léognan créé en 1987. C’est l’un des 16 grands crus classés de Graves qui produit des vins blancs et rouges.

     

     

    Un peu d'histoire...

    Le Château Pape Clément, situé à Pessac, proche de Bordeaux, doit son nom à son plus célèbre propriétaire, le pape Clément V.

    Né à Villandraut en 1264, Bertrand de Goth est nommé le 28 Mars 1295 évêque de Comminges, dans les Pyrénées, jusqu’en 1299, date à laquelle il est nommé archevêque de Bordeaux par le pape.
    C’est à cette occasion qu’il reçoit en cadeau une propriété plantée en vignes à Pessac, alors appelée vignoble de La Mothe (dénomination indiquant une élévation de terrain). Les comptes de l’archevêché nous fournissent de nombreux détails sur le souci permanent que manifesta Bertrand de Goth et sur sa forte implication pour avoir, tant dans le vignoble que dans son cuvier, l’équipement le plus rationnel qui soit. Son travail sera poursuivi par l’Eglise qui fera du domaine du pape Clément une propriété modèle.
     
    Le 5 Juin 1305, les cardinaux réunis en conclave à Pérouse, choisirent Bertrand de Goth pour succéder au Pape Benoît XI, mort en 1304 après onze mois de règne. Le nouveau Pape décida de prendre le nom de Clément V et choisit Lyon comme lieu de son couronnement.
    C’est en 1309, que Clément V fit son entrée à Avignon, ville qu’il avait choisie pour installer la cour pontificale, rompant ainsi avec Rome en proie à de sourdes luttes d’influence.
     
    De 1305 à 1309, le Pape continua de gérer son vignoble avec tout le soin qui en faisait sa particularité. Le 12 Décembre 1309, sa charge pontificale ne lui permettant plus de mener à bien cette tâche, il décida de faire donation de son domaine à l’archevêque de Bordeaux, Arnaud de Canteloup. Confier sa vigne à l’Eglise de Bordeaux, c’était dans l’esprit de Clément V, le moyen de la léguer à l’éternité, et de permettre à la Vigne du Pape Clément de traverser les siècles à venir.
    Durant la longue période pendant laquelle le château du Pape Clément fut administré par l’archevêché, le modernisme et le progrès technique en firent un domaine pilote, dont l’une des particularités fut toujours la précocité des vendanges. C’est ainsi que l’on peut affirmer que ce vignoble fut l’un des tout premiers en France où il fut décidé d’aligner les ceps en règes pour faciliter les labours du sol, ce qui constitua une révolution culturale puisque jusqu’alors les plants était disposés en foule dans les parcelles.
     
    A la fin du XVIII ème siècle, l’archevêque de Bordeaux est dépossédé de ses biens, et la vigne que le pape lui avait légué cinq cents ans auparavant tombe dans le domaine public.
    Les propriétaires se succèdent et doivent lutter tour à tour contre les différents fléaux qui s’attaquent aux vignobles français à la fin du 19ème siècle : l’oïdium, le mildiou, puis le phylloxera.
     
     
     
    Citons Jean Baptiste Clerc, négociant à Bordeaux, qui acquit la propriété en 1858, et en fit un vignoble modèle. C’est lui qui confirma la renommée et la finesse des vins de Pape Clément, sanctionnées par la médaille d’Or de la Société d’Agriculture de la Gironde et la grande médaille du ministère de l’Agriculture, à l’exposition universelle de 1878, deux distinctions fort convoitées.
    C’est aussi lui qui fit édifier le château qui sera remodelé par les héritiers du propriétaire suivant, Monsieur Cinto, lui aussi négociant à Bordeaux, pour donner celui que l’on peut voir aujourd’hui.
     
    Le 8 Juin 1937, un violent orage de grêle détruisit la quasi-totalité du vignoble du Château Pape Clément et c’est en 1939 qu’il fut racheté par Paul Montagne qui s’attacha, dès la fin de la guerre, à remettre le vignoble en état et lui redonner le rang qu’il méritait.
    C’est grâce à ces efforts que le vignoble du Château Pape Clément a pu retrouver sa position et résister à l’urbanisation et à la poussée de l’habitat sur une commune qui au début du siècle comptait deux mille habitants et cinquante viticulteurs.
     
    Monsieur Bernard Magrez met tout en œuvre pour permettre au terroir exceptionnel de Château Pape Clément de continuer de traverser les temps et d’exprimer la finesse qui a fait la réputation de ses vins.

     

     

     

     

    DSCN3030.JPG